ffff

 
 

 

PRÉPARATION DES CANARIS DE CHANT POUR LES CONCOURS

 


1. Considérations préalables : Avant de commencer à traiter le sujet de la préparation des canaris de chant pour les concours, il est nécessaire de faire référence à d'autres sujets d'intérêt suprême pour ce qui est canari cultures. D'abord, il faut signaler à l'amateur Nobel, à auquel est destiné le présent travail, que la méthode que nous allons développer n'est pas ce qui est seule qui utilisent ce qui est éleveurs de canaris de chant, il existe une grande variété de systèmes, tous égale valables, et nous pouvons même dire qu'il existe une analyse différente de ce qui est la préparation des canaris dans chacun des dépôts Si elle est différente la manière a laquelle travaillent les éleveurs des trois races de canaris de chant, chose logique en attention aux différences remarquables qui a entre elles, bien qu'ayant des bases communes, ce n'est pas la plus petite la différence qui existe entre la méthode d'un éleveur et un autre les différentes circonstances que chacun nous avons dans nos dépôts influencent de manière décisive la façon de travailler les canaris, ainsi il n'est pas la même chose de disposer de beaucoup, ou peu d'emplacement en nos maisons, avoir beaucoup, ou peu de temps libre et, dans cet dernier aspect, dans lequel moment du jour nous jouissons (nous vient à la mémoire le cas de quelques amis canari cultures qui sont obligés de former leurs exemplaires pour les nuits, étant donné leur tour de travail). Ces circonstances et d'autres rendent impossible l'existence d'un seul système de préparation

L'éleveur de canaris de chant qui commence dans ce petit monde doit commencer avec une méthode qui dans un grand nombre d'occasions ne s'adapte pas à ses circonstances personnelles, pour cela il doit adopter peu à peu une méthode propre, méthode que personne ne lui enseignera, l'expérience qui lui apportera, avec le temps, une plus grande connaissance de la matière la guidera dans cette persistance Cependant, cela ne veut pas dire que dans ses débuts elle ne doive pas être guidé par les enseignements de personnes avec d'autres connaissances et expérience. En somme, nous devons apprendre un système, pourvu que nous figure sa correction par les résultats obtenus par nos enseignants et sur ce système, avec d'autres qui, sans aucun doute, nous connaîtrons, nous ferons un propre qui s'adapte à nous ne doit pas oublier ce qui est naissant qui ne doit pas s'adapter au système, c'est le système celui qui doit s'adapter à lui. Le présent travail a comme seul but orienter à ce qui est naissant et lui donner des bases sur lesquelles il peut travailler.

D'autre part, il aura remarqué le lecteur que nous ne parlons pas d'éducation, mais de préparation. Dans beaucoup de travaux sur le présent sujet il est fait allusion à l'éducation des canaris, dans le fonds, le terme éducation dissimule une méthode d'enseignement avec des enseignants, pratique dont des races comme le Malinois ont besoin (étant donné l'analyse qu'ils lui donnent leurs cultivassions), mais qui en aucune façon peut être rendue extensible au canari de Chant espagnole timbrado, il faut nier entièrement que notre chanteur ressortissant nécessite de l'éducation avec enseignement pour développer son chant et encore il peut être dit que le canari nécessite pour effectuer un chant d'adulte. La mauvaise interprétation des conclusions de ce qui est éthologie, ainsi que la doctrine de ceux-là qui pratiquent un type de canari culture sans risque, portent à ce qui est naissants à un océan de doutes Qui perd un temps précieux dans l'étude correcte des canaris de chant un bon Conseil est que nous fassions cas à ceux qui basent leurs études sur les canaris, le canari ne peut pas être comparé, en ce qui concerne son chant, avec d'autres espèces beaucoup pire dotées pour la fonction mélodieuse. Plus de cinq cents années d’études et travail, ainsi que la fixation génétique de trois races de chant, internationalement reconnues, sont échantillon suffisant dont nous ne pouvons pas comparer l'étude de canaris élevés et choisis pour le chant, pendant des siècles, avec les observations faites sur les espèces de chant rudimentaire et, surtout, de comportement, souvent, différent, dans ses réactions, à celui des canaris, dont les habitudes ont changé en captivité. En somme, il est comme si nous prétendions comparer une étude effectuée avec des canaris sauvages, avec un autre effectué avec des canaris de chant, doute du changement expérimenté génétiquement par les canaris domestiques en ce qui concerne son ancêtre sauvage ?

Pour terminer ce paragraphe, dire simplement que toutes ces informations qui peuvent lui apporter des connaissances sont les bienvenus, pour ce qui est naissant, mais avant de donner crédit à des avis étrangers, ce à quoi est la canari culture de chant, vérifions qu'ils sont applicables au canari et, s'ils ne les sont pas, nous essayions d'apprendre cela que nous croyons qui nous es peut être utile, mais jamais nous prenons comme dogme de foi cela qui ne nous figure pas objectivement comme certain seulement parce que des messieurs, à auxquels leur on présuppose une plus grande préparation scientifique, ils le disent, principalement quand ses observations ni même ont été effectuées sur les canaris de chant, ou ils se limitent à donner leur avis, basée dans des expériences étrangères et qui, sans doute, n'oseraient pas effectuer ceux qui les ont faites, parce qu'on ne peut pas traiter de manière égale ce qui es de la nature et la main de l'homme, dans le cas concret du canari, ils ont rendu inégal.

2. Le mois de septembre : Le droit finale du travail de ce qui est canari culture commence au mois de septembre, ou, ce qui est la même chose, quand les jeunes canaris termineront la leur première mue fin de ce qui est mue signifie que les canaris sont physiologiquement déjà presque adultes, pour les considérer comme tels faudra attendre encore, cependant, que son développement hormonal termine. Une fois que le canari a fini sa première période de mue et a abandonné, pour toujours, son plumage juvénile, le développement hormonal, dans une certaine manière paralysé jusqu'à présent, est réactivé et chaque jour est plus évident l'avance que l'examen de ce dernier éprouve. Le troupeau, prenant l'expression utilisée par un compagnon associé, commence à être plus compréhensible pour notre audition, bien qu'avoir été toujours là, seulement nous manquait ce décodeur naturel qui fait que peu à peu l'examen soit transformé le chant beau et harmonieux du canari adulte. Beaucoup il leur reste à nos canaris à parcourir encore mais sera nécessaire de multiplier les heures d'observation de tout différents volatiles, afin d'éviter qu'un canari excessivement avancé puisse entraîner à ses frères par un chemin inadéquat qui les conduit irrémédiablement à l’oisellerie la plus proche. Dans cette tâche, il sera d'utilité suprême de surveiller les canaris qui dominent dans chaque voilière, ce qui s'avère facile si nous avons observé ce qui est volatiles avec assiduité. Les canaris guide, comme je les appelle, ils occupent le lieu plus haut dans la hiérarchie établie dans cette petite Communauté qui constitue chaque volatile est le guide canarien ou les canaris guides, s'il y a plusieurs, ceux que dominent à ses frères et ceux que ceux qui marquent le développement de leur chant. Ainsi, si un de ces canaris commence à effectuer des défauts, ou dégénérer son chant, les possibilités que les autres mâles de ce qui est volatile le suivent sont presque absolues. Pour cette raison, si nous observons qu'un des d'eux exécute des variations non souhaitées il faudra les séparer et peut-être, avec un peu de chance, parvenons à sauver le reste. Si nous tardons beaucoup à séparer ces canaris guide, peut aussi arriver que ses frères ne sachent pas suivre correctement l'évolution de leur examen, donc, tout au plus nous tardions, les risques de perdre le reste de mâles se multiplie.


Nous ne devons pas non plus cesser de surveiller le reste des volatiles, donc un des canaris que nous considérons hiérarchiquement des inférieurs, il peut être abîmé et entraîner tous les autres, vu la plus grande facilité qu'entraînent dans leur exécution les tours de chants dégénératifs et défectueux. En résumé, nous devons spécialement surveiller tous les canaris, mais très ceux-là qui montrent une position hiérarchique plus grande entre leurs frères et à ceux-là qui présentent une faiblesse, ou sous-développement physique remarquable (les exemplaires infirmes, ainsi que ceux qu'ils ont été déficients développés, sont, généralement, pire dotés pour la chant, puisqu'ils ne sont pas capables de mener à bien une évolution normale de ce dernier, ce qui est recommandable est de les séparer dès que possible de ses frères, puisque ce sont les premiers qui effectuent généralement des tour de chants défectueux).

L'observation de ce qui est volatile en septembre peut faciliter. À canari cultures éprouvés. Une première sélection : puisque nous pouvons écarter certain volatile en faisant attention à ces observations que l'expérience permet, et qui sont loin de la portée de ce qui est naissant. De ce qui peut être fait avec les premiers écartés, si on n'a pas d’emplacement où ils puissent suivre leur évolution sans risque pour le reste d'exemplaires (pour le cas où nous nous trompons), ou si on ne veut pas sortir du dépôt définitivement (vendus ou donnés), nous traiterons par la suite, en parlant des exemplaires rejetés, en général, pour manifester un manque de facultés pour le chant, ou pour développer leur examen avec les garanties suffisantes.

De ce second paragraphe il convient de signaler que le mois de septembre doit être consacré au contrôle de l'examen de nos canaris, qui commence à être plus net, et effectuer, ceux qui sont formés, une première sélection

3. Le mois d'octobre : Les concours de canaris de chant ont lieu depuis la dernière semaine du mois de novembre jusqu'au début du mois de février. Géographiquement, les concours d'Andalousie et de la zone d'Est sont généralement les premiers, ce qui est derniers sont ceux du troisième nord péninsulaire, concrètement, si mes informations ne sont pas erronées, le dernier concours de Chant espagnole timbrado est celui de la ville d'Oviedo, un des berceaux de notre race de chant. Ce qui est certain que Avant de procéder à la séparation dans les cages de concours, nous devons nous assurer que notre matériel est dans des conditions et préparons un programme d'activité, à cette tâche nous consacrerons les premiers jours du mois d'octobre.

Je crois qu'il serait intéressant, puisque nous avons fait référence au matériel, de faire une incise et de parler d'un sujet aussi important qu'il est celui des cages de concours. Tout naissant est trouvé, suivant la zone géographique où il réside, avec le problème de la provision de cages de concours, lesquelles sont artisanalement fabriquées et ne sont pas trouvées généralement facilement sur le marché. Nous devrons recourir aux associations, où sûrement qu’ils peuvent donner une solution au problème, ou directement, ou en nous fournissant d’information où les obtenir. Il existe, quant au reste, plusieurs types de cage de concours, sujet dans lequel je ne vais pas entrer. Quelques ils sont adaptés au modèle C.O.M pour canaris de chant (cages de Valence et cages sévillanes) et d'autres sont le fruit de la pénurie du premier 0 de la tradition (des cages aluminium et cages de bois de l'ancien modèle, madrilènes, ces dernières sont encore vues fréquemment par les concours). Ayons un modèle ou une autre cages, important l'est qu'ils soient dans de bonnes conditions et remplissent leur but.

Un autre sujet d'intérêt, en rapport avec celui des cages, est celui de la mise en place des bois. Les cages des canaris il est fréquent de voir les bois placés selon le règlement de concours de la C.O.M., selon ce dernier, Roller (art. 5 du règlement de cette race, applicable au reste de canaris de chant) doivent porter un bois dans le troisième fil du côté de ce qui est mangeoire et d'un autre dans le sixième du côté opposé ; la même chose dispose l'art. 19 du règlement du Championnat National F.O.C.D.E. Une telle pratique est contre-indiquée, puisque si le canari n'adopte pas, de manière naturelle, une position de chant correcte (horizontale en ce qui concerne le sol, en faisant un angle plus aigu es meilleur), il est très difficile de la lui la corriger avec les bois ainsi placés. Les bois de la cage doivent être placés centrés et à une hauteur moyenne, pour que si le canari adopte des positions de chant très verticales, qui rendent propices généralement des chants trop importantes, quand non stridents, elle pourra être monté et l'obliger à chanter jeté, ce pourquoi le chant gagne en douceur et le canari il s'avère plus esthétique dans la cage. Il faut utiliser les cages et ses éléments comme instruments pour aider aux canaris à sortir le maximum de ses possibilités. Sais le lecteur que la mise en place incorrecte des bois et les positions viciées qui provoquent dans les canaris. Ils peuvent causer une impression assez négative dans le juge. Il y a de même des exemplaires qui sont habitués à chanter dans une position incorrecte. Suite aux bois et que quand leur on montera, en adoptant une position de chant plus horizontale, ils gagnent en musicalité et l'évaluation de quelques passages il peut être plus grand.

En reprenant le sujet central du travail, nous traiterons du lieu où nous allons placer nos canaris, une fois séparés dans les cages de concours. Ce lieu, s’il est possible, une fois transférées les jeunes femelles à un autre lieu (par exemple, avec les adultes), sera ce dernier dans lequel ils sont passés les mois de volière, tout ce qui auront moins de changements environnementaux souffriront moins et se sera mieux. Les conditions environnementales seront les mêmes que celles qu'ils avaient dans leur phase précédente, séjour avec une bonne acoustique, semi-perméable, ou lumière ténue, tranquillité, hygiène extrême, une correcte et suffisante ventilation et cet appareil de musique qui nous a tant aidées dans la tâche de ségréger acoustiquement un volatile d'un autre. L'alimentation sera encore un mélange alpiste et semence du navet, dont la composition nous varierons en attention aux nécessités de chaque oiseau ; s'il est très avancé nous ajouterons davantage de semence de navet au mélange et si le problème est son retard nous la lui enlèverons, si est nécessaire dans ce dernier cas lui fournirons alpiste seulement. N'utilisons jamais de vitamines pour avancer à un canari, parce que nous pouvons forcer un développement peu satisfaisant Pour nos fins.

Tenons compte que le fait d’encager nos jeunes canaris à un âge tellement précoce provoque que nous accélérions ce qui est normal devenir de l'évolution de leur examen. La solitude anticipée à laquelle nous plongeons nos exemplaires, dans des conditions naturelles, es de ne pas la produire jusqu'à l'arrivée du printemps, quand ils atteindront la maturité sexuelle déterminée par l'aboutissement de leur développement hormonal. En ce moment ce qui est en bande et ont passées l'hiver ensemble ils sont séparés et ont commence les préparatifs de l'époque reproducteur. Avec la séparation dans des cages individuelles nous favorisons un développement précoce hormonal rendu propice par le développement étonnant de l'instinct de territorialité, qui au canari marque son territoire, la cage, face au reste de ses compagnons, qui se trouvent dans la même situation. De comment le canari s'adapte à sa nouvelle maison, il dépendra, dans une grande mesure, qui est capable ou non de développer au maximum ses facultés mélodieuses, parce que si elle accuse en excès le changement de situation elles peuvent arriver une série de circonstances qui mènent à une dégénération de leur chant. Il peut se produire depuis un état de découragement physique, qui peut provoquer le décès de l'exemplaire, jusqu'à des réactions qui vont depuis une descente jusqu'à une précipitation dans l'évolution du chant, toutes les deux contre-indiquées pour ce dernier.

Nous devons retarder le maximum possible la date de séparation, puisque cet encagement antinaturel auquel nous soumettons nos oiseaux peut aboutir l'apparition de tour de chants dégénératifs suite à la précipitation du canari au moment de fixer les différentes variations qui composent leur chant. Il est très fréquent qu'un exemplaire. En voulant avancer en excès la réalisation d'un tour de chant, n'arrivez pas bien à combiner les différentes consonnes et les voyelles qui en lui interviennent et devant cette situation improvisez des consonnes d'exécution plus facile. Comme par exemple la CH. Un Conseil utile, pour ce qui est naissant, est qu'il n'essaye pas de préparer ses canaris pour un concours déterminé, mais de prendre part ces concours qui s'adaptent plus à l'évolution du chant de leurs exemplaires, de ne pas le faire ainsi nous courons le risque que le chant de nos canaris dégénère ou elle est découpé en excès. Il y a des concours suffisants dans notre pays comme pour devoir faire dépendre notre plan de travail d'un seulement, bien qu'il soit celui de notre ville. Il est primordial d'essayer que l'évolution de l'examen de nos canaris est posément effectuée, nous les avons assez avancés déjà en procédant à leur séparation dans les cages de concours. Il y a différentes façons de placer, ou situer, les cages de concours. On peut utiliser une armoire spécialement conçue pour une telle fin, transformer les batteries d'élevage dans des armoires en enlevant les frontaux, utiliser des cages transport au lieu d'armoires, et y compris accrocher les cages, simplement dans une paroi, mille et une manière, pour tous les goûts et pour tout lieu (depuis une chambre jusqu'à un balcon, ou à une terrasse). Celui-ci est un point qui dépend exclusivement de l'emplacement que disposent chaque éleveur, comme j'ai indiqué plus haut, il faut adapter la méthode à nos possibilités et non au contraire.

Finalement, au moment de séparer les jeunes male, il faut s'assurer qu'ils ont fini complètement ce qui est mue. Il est intéressant que nous effectuions cette opération [la séparation] progressivement, en tenant compte principalement à deux facteurs : l'âge et le développement ; et les dates des concours. Quand disposerons-nous d'un nombre important de mâles et les concours lesquels prétendons-nous prendre part datent peu prochaines, il est nécessaire que nous séparions les canaris progressivement, par rapport au degré de développement de leur chant, pour pouvoir avoir différents lots avec lesquels concurrencer dans chacun de d'eux, sans devoir avancer ? Ou retarder l'évolution de l'examen.

Nous distribuerons les canaris par des lots de frères, si nous les avons ainsi eus séparés dans la phase de volière et si nous ne l'avons pas ainsi fait et eux nous avons eu tous ensemble, par similitude de chant. Entre les canaris qui ont un même examen, nous ferons une sélection en tenant compte aux caractéristiques de leurs voix, spécialement au ton. Chaque lot sera situé dans une étagère, ou cage différente.


4. Une période critique : Comme nous avons maintes fois indiqué, le long du point précédent, le fait d'introduire à nos canaris dans des cages individuelles, comme il requiert la pratique de la canari culture sportive, il suppose d'avancer l'évolution de son chant, pour qu'il mûrisse à temps de pouvoir concurrencer dans les concours. Il est pour motif pour lequel les premières semaines dans les cages de concours sont cruciales pour le succès ou l'échec de nos aspirations sportives. Suivant la capacité d'adaptation de nos exemplaires à la situation décrite son examen évoluera dans un sens ou un autre. Le fait que nous devions procurer que les circonstances environnementales ne varient pas, en ce qui concerne la phase de volière, il est du à cette tâche de procurer, que dans la mesure du possible, le canari n'accuse pas en excès le changement de situation. Ainsi, si nous enlevons la lumière, le chant de nos canaris souffrira une descente considérable, qui peut rendre propice un chant découpée et sous ton et intensité, si au contraire, nous augmentons trop la lumière, nous rendrons propice un plus grand progrès dans l'évolution qui peut aboutir des chants avec des tours de chants dégénératifs et, probablement, visant à la stridence. Une pratique conseillée par quelques éleveurs, en l'honneur d'obtenir d'une meilleure acclimatation, est de laisser que les canaris peuvent être vu pendant les premiers jours de séparation individuelle, en ne plaçant pas les plaques ou les séparations entre les différentes cages. De tout ce qui a été dit, le lecteur peut déduire que dans le maniement des canaris de chant tant l'excès comme le défaut provoquent des situations nuisibles, difficilement susceptibles d'être résolues, une fois qu'ils sont produits par l'éleveur.

La période critique à laquelle nous nous référons, il est celui de la maturation forcée qu'ils doivent mener à bien les jeunes canaris jusqu'à parvenir à fermer le chant, ou, ce qui est la même chose, la réalisation du chant d'un canari adulte, ce à quoi on ajoute l'exigence d'être reçu à ce patron artificiel appelé Code de chant, créé par l'homme pour modeler le chant des canaris sous les qualités musicales rythme, harmonie et mélodie le temps qui tarde le canari à fermer le chant oscille entre un mois et demi et deux mois, suivant les caractéristiques de chaque ligne de chant, en particulier, la plus grande ou plus petite complexité des variations qui il prétend fixer et des circonstances environnementales, entre lesquelles l'homme, ses succès ses erreurs, occupent le premier lieu. Il y a beaucoup de canaris qui sont potentiellement des champions authentiques et qui n'atteignent pas une telle catégorie, à laquelle ils étaient génétiquement destinés, par les maladresses de ses éleveurs. En somme, les attentions que nous consacrons à nos canaris sont définitives, pour ou bien, ou pour mal, au moment d'obtenir de bons résultats dans l'élevage et la préparation sportive des canaris.

Jusqu'à ce que le canari ne ferme pas le chant nous ne devons pas le sortir, du lieu où il se trouve pour chanter, une telle pratique suppose de précipiter l'évolution de l'examen, la préparation et l'entraînement nous devons les laisser pour ce moment où, bien que continue à évoluer son chant, on ne court déjà pas de risques que des tours de chants en processus de formation dégénèrent. L'entraînement, à auquel nous consacrons un point par la suite, doit être mené à bien avec des canaris qui effectuent déjà un chant suprêmement avancée, dans laquelle ils sont laissés remarquer les différents tours de chants que vont composer, mais à ce qu'il manque encore la tonalité, l'intensité et ce qui est coloré du timbre de voix qu'il acquerra dans quelques jours ou semaines. Le chant du canari suit un cycle, l'habilité de l'éleveur est en savoir faire arriver à ses exemplaires aux concours dans le point d'une plus grande splendeur, parce qu'à partir d'alors, la majorité des canaris, commencent à montrer des symptômes de zèle et le chant commence à perdre de la musicalité (rythme, harmonie et mélodie), au fur et à mesure qu'elle gagne des décibels, comme façon de démontrer son virilité et afin d'attirer les femelles, temps d'informer les autres mâles de sa présence.

Jusqu'à ce qu'arrive ce moment, dans celui que nous pourront sortir les différents lots de ses étagères, ou cages pour les écouter et les acclimater aux changements de lieu et à la présence d'autres personnes, nous devons écouter et contrôler les canaris, et les adaptés face à eux, pour pouvoir voir quels et comment chantent, en séparant ceux qui démontrent une infériorité dans leur aptitude pour le chant et en faisant le nécessaire pour que le reste soit développé dans de meilleur condition (nous rappelions que, tant dans ce qui est volière, comme dans les cages de concours, avant que la portée canarienne un chant nette, passe par différentes phases dans le processus de façonnement de son patron inné dans une mélodie et il y a des jours que signale une grande qualité et d'autres dans lesquels elle souligne une médiocrité apparente, qui désillusionne l'éleveur.

Ne confondons pas ces fluctuations, propres de l'examen, avec le processus de recoupement, ou dégénératif, continu qu'éprouvent ces canaris à auxquels il est nécessaire de séparer, une chose sont les changements propres du chant en période de formation, qui sont intermittemment produits, ou de manière occasionnelle, et autre ces changements continus que font jour après jour plus tu brevettes). S'il y a des exemplaires qui ont besoin d'une alimentation différente (voir référence précédente sur le mélange alpiste et semence du navet) nous devrons la lui la fournir, s'il y a des changements brusques de température, qui peuvent nuire aux voix de nos petites teneurs fournirons, par exemple, eau réglisse, ou bois doux, comme lui on connaît dans quelques régions, pour prévoir des problèmes respiratoires qui peuvent nuire à tant son aptitude pour le chant, comme la réalisation des variations qui conforment leur répertoire (il est plus que démontré que des refroidissement, ou autres maladies des voies respiratoires, sont la cause dont beaucoup de canaris se échouent et de l'émission, dans haut nombre de cas, de tour de chants nasaux, ainsi que de celles craintes aphone ; fléau de la canari culture de chant le long de toute son histoire). Ils ont même celui qui leur donne un petit biscuit de pâte œufs et miel une fois par semaine. En résumé, nous devons être en suspens de toutes les nécessités que ces étudiants à ailes singuliers peuvent spécifier pour pouvoir sortir le maximum divisé de leurs conditions innées pour le bon chant. Comme rappel, rappelons que le phénotype, ou l'ensemble de caractères perceptibles par nos sens, est le résultat de l'incidence sur le génotype, ensemble de caractères qu'un exemplaire a hérité de ses géniteurs et qui peut transmettre à sa descendance, des facteurs environnementaux. De rien il sert à avoir un établissement d'exemplaires de haute qualité, génétiquement, si nous ne sommes ensuite pas capables de rendre propices les conditions précises pour qu'il surgisse.


5. Exemplaires qui manifestent un manque de facultés (Tour de chants défectueux et chant excessivement pauvre et découpée) : L'essence de la canari culture sportive est l'amélioration des différentes races de canaris. Pour cela il existe une série Codes et règlements, qui rassemblent les caractéristiques qui doivent avoir les exemplaires de l'une ou l'autre variété. Le chemin pour arriver à la perfection convoitée et utopique, est la sélection zootechnique, au moyen de laquelle nous éliminons les exemplaires qui ne sont pas adaptés au standard de la race et nous centrons le travail de ceux considérés aptes pour mener à bien notre objectif, ou soient les concours, ou la reproduction, après ces derniers.

Tout au long de la saison, depuis que nous commençons l'élevage jusqu'à ce qu'ils aillent commencer les concours, la sélection doit être faite à trois stades :

- Élimination des exemplaires avec des tares physiques.
- Élimination de ces exemplaires qui ne sont pas adaptés, pour le motif qui va, au standard de la race que nous cultivons. Dans notre cas, le canari de Chant espagnole timbrado, les motifs de disqualification dans un concours sont : Présence de facteur rouge dans la couleur ; Boucles dans le plumage ; Tour de chants, dans la chant, qui font soupçonner du croisement avec d'autres races Roller et Malinois), Tout autre indice qui peut mettre en évidence le croisement avec d'autres races canaris ou espèces différentes.

- Élimination des exemplaires qui montrent un manque de facultés pour la fonction mélodieuse.

Les exemplaires des deux premiers groupes, en théorie, auront été déjà rejetés dans des phases précédentes, pour cela dans ce paragraphe on fait référence seulement aux tiers. Il faut distinguer parmi les canaris que nous avons progressivement séparés et qui se trouvent dans ce groupe, ceux qui effectuent des tours de chants défectueux et ceux que, sans effectuer ce type de tour de chants, ils présentent un chant de répertoire pauvre, dont nous disons qu'ils sont découpés. Si nous ne disposons pas beaucoup d'emplacement, ce qui est normal est que ces canaris soient déjà dans une oisellerie, ou dans les maisons un certain ami ou une connaissance. Cependant, si nous avons un large emplacement, chose rare de nos jours, nous pouvons essayer de corriger leurs défauts, la façon de le faire dépendra de la nature de ce manque qui nous les a séparés.

a) Exemplaires avec des tours de chants défectueux ou négatifs.

L'éleveur de canaris de chant doit rester calme et de démontrer sa sensibilité musicale au moment de la détection tour de chants défectueux, ou négatifs dans le chant de ses exemplaires. En effet, des tours de chants défectueux ou des tours de chants négatifs, puisque non tous les tours de chants défectueux sont pénalisés comme négatifs, son exécution ôte simplement une ponctuation au moment de faire l'évaluation de chaque passage par le juge ; l'émission de tour de chants défectueux influence la qualité conjointe d'une série de tour de chants encadré dans un même paragraphe de la Liste de mise en jugement.
Il convient de distinguer, dans ces tour de chants, en attention à sa nature trois taux :

- Tour de chants propres : Ce sont ceux qui sont intégrés dans le patron inné du chant de nos exemplaires et dont la réalisation est due à une prédisposition génétique. Ce type de tour de chants se montre déjà généralement pendant la phase de volière, à partir des deux mois d'âge et ce sont les premiers, en règle générale, qui font généralement acte de présence.
- Tour de chants acquis (copiés) : Ils sont ces tour de chants que le canari effectue en les avoir écoutés à d'autres exemplaires et qu'il a assimilés dans son chant. Ils peuvent apparaître à tout moment du développement de l'examen et, par ce qui est commun, disparaît le risque quand le canari fermera le chant à beaucoup d'occasions ce type de variations sont copié par des exemplaires que nous envoyons à convoquer avant d'avoir terminé l'évolution de leur chant.
- Tour de chants dégénératifs : Ce sont ces tour de chants qui apparaissent dans le chant suite à un manque de facultés, d'origine je varie, dans le façonnement d'un tour de chant qui entraîne dans son exécution une certaine complexité et qui est traduit dans la substitution du texte phonétique original par un autre d'une plus grande facilité, qui rend propices généralement des tour de chants sourds, exempts de musicalité, qui cassent la mélodie intrinsèque désirable dans le chant du canari. Un exemple clair est représenté par la profusion de tour de chants prononcés avec la consonne CH, qui remplace aux consonnes originales une plus grande complexité et une musicalité. Les causes d'apparition de ces tour de chants sont très variées : encagement précoce ; précipitation forcée de l'évolution de l'examen ; négligence par l'éleveur dans les attentions étant donné les canaris (contrôle des différents facteurs environnementaux) ; etc., etc.

Nous pouvons surtout parler, à une partie de ce qui est précédents, d'une origine de nature pathologique, des maladies des voies respiratoires, qui influence l'apparition et la fixation dans l'examen de tour de chants défectueux. Si nous traitons nos exemplaires à temps, il ne devrait pas se produire la dégénération du tour de chant, si, au contraire, nous ne le faisons pas, le tour de chant peut dégénérer et, malgré la disparition de la maladie, être fixé dans le chant. Beaucoup nasales et grattement sont dus à des états pathologiques que l'éleveur n'a pas détectés à temps.

Il convient de faire une référence concise, dans ce paragraphe consacré aux tours de chants défectueux, les voix défectueuses ou, dit d'une autre manière, à ces phénomènes qui affectent l'émission sonore du canari de manière généralisée. Depuis, la plus grande peste qui a agité toujours à ce qui est éleveur de canaris de chant, a été l’aphone (proprement dite, ou il lève, sous la nomenclature de voix prise), à elle on a uni dans les derniers temps la ganglionite qu'affligent beaucoup de canaris. Ses causes d'apparition sont, principalement, d'origine génétique (croisements mal confectionnés qui sont traduit dans des organes de chant défectueux) et d'origine pathologique. Contre lesquelles ils ont origine génétique il n'y a rien faire, seulement essayer de ne pas utiliser d'exemplaires suspects de les transmettre dans l'élevage. Celles qui ont une origine pathologique ils ont traitement difficile, mais entre la possibilité que disparaissent en même temps que la maladie qui les a rendues propices. L'eau de réglisse est un bon remède si l'affection n'est pas de beaucoup de gravité, dans le reste des cas elle faudra aller à l'expérience propre ou autres canari cultures et, dans dernière extrémité, irons à un vétérinaire pour qu'il nous prescrive un traitement adéquat pour la maladie d'origine.

Mention distincte méritent les voix appelées pauvres, comme on connaît les voix des canaris qui affligent un défaut tonal qui cause l'impression d'être devant des exemplaires, qui bien qu'effectuant correctement les différents tour de chants qui conforment le chant des canaris adultes, n'ont pas atteint la maturité sexuelle ; la tonalité pauvre dans laquelle ils émettent leur chant est due à un excès de semence du navet dans le mélange (en Citant à D. Rafaël Leon Rivero, « l'entraînement du Roller canarien », Oiseaux n° 7, 2 Époque, p. 16 (1969) : « La semence du navet possède des substances anti-tyroïdes , qui provocant un agrandissement (hyperplasia) de celui tyroïdes, glande située dans la partie précédente du col des oiseaux et qui par l'intermédiaire de son hormone (thyroxine) stimule la sécrétion testiculaire ; et tous nous savons que le chant des oiseaux est dépendante de cette sécrétion, qui entre-temps est plus accentuée, plus strident la hyperplasia à laquelle nous nous référions il compromet la sécrétion de l'hormone tyroïde sera le chant en question Donc bien, en diminuant par conséquent de la logique dans la circulation et par conséquent le stimulant au testicule de l'oiseau ne sera pas tellement marqué et son chant, en relation directe, comme nous disions, avec ce processus physiologique, sera aussi plus lisse. » L'éleveur doit éviter. À tout prix. Que ceci est produit. Pour cela veillera que la dose de semence du navet. Dans ces cas dans lesquels il doit augmenter ce qui est habituelle. Elle n'est pas excessive.

Nous avons cesse dit qu'il n'est pas la même chose de parler de tour de chants défectueux qui de tour de chants négatifs, de bien que les deux catégories soient irrémédiablement unies. Non tous les tours de chants défectueux sont négatifs. Pour les savoir quels sont tour de chants négatifs chaque de RACE de canaris il faut aller à son Code de chant. Concrètement, pour le Chant espagnole timbrado il et à trois tour de chants qui ôtent une ponctuation : rascada, stridence et Nasalidad. Voyons brièvement chacun de d'eux :
- Rascada : Défaut qui à sont suis à l'origine dans de la prédominance excessive de la r dans consonne le texte phonétique du tour de chant, qui produit un à notre sont dur qu'il tracasse audition. Il est faites don dans de CES tour de chants où intervient la consonne citée, principalement dans des tours de chants de rythme continu (timbres et variations tu entoures) et dans ceux appelés floreos de lutte ou reñideros. Nous ne devons pas confondre celle rascada avec tour de chants les inclinez, propres de beaucoup d'exemplaires de croisements avec des canaris sauvages, dans lesquels prédominez ils lui sont de la consonne rq mais sans casser la musicalité du chant.
- Stridence : Défaut qui consiste un changement brusque, dans le ton, ou dans l'intensité du son pendant l'émission du chant, qui provoque une perte de la musicalité de CE dernier (rythme, harmonie et mélodie). Leur chassez ton et intensité, qui provoquent la stridence, peuvent être atténuées en diminuant la quantité de lumière qui reçoivent les exemplaires touchés et en leur augmentant la quantité de semence du navet.
- Nasalidad : Défaut consistant la production d'un sont défectueux, dont l'origine paraît apparentement être dans les nasaux orifices gratification qui dans la syringe. Il est généralement donnez dans tour de chants dans lesquels règnent ils lui sont donnez voyelles (gratification purs qui ceux dans lesquels ils dominent les consonnes) et dans ceux dans lesquels inter bien dans certaines consonnes qui, paire leur sonorité spéciale lui, sont susceptibles produire de Nasalidad si la diction de CES dernières n'est pas ce qui est adéquate. Donnez exemples de nasalidades produites paire il unit prononciation déficient, qui conduit à la dégénération du tour de chant, sont celles qui sont donnés dans les canaris Roller dans les flutes (substitution de la consonne d paire la m) et dans les canaris de Chant espagnole timbrado dans la (Campana)= (clochette) (diction déficient consonne du n). Les tours de chants sont pénalisés (gangosos)= (chant nasale) suivant leur intensité, les cas les gratifications grèves des constituent donnez des nasalisâmes, tandis que ceux ton lèves, ils ôtent une ponctuation au moment d'évaluer le tour de chant, mais n'arrivent pas à être des tours de chants négatifs, proprement CES.
Long lui donnez lignes précédents, nous avons vu que dans quelques cas les tours de chants défectueux sont d'être susceptibles tu corriges ou, au moins être atténués, suivant leur cause d'origine. Quand ceci ne sera pas possible, CE qui est doit canari culture recourir à des mesures gratification fermes.


Nous avons déjà dit qu'il n'est pas la même chose de parler de tour de chants défectueux qui de tour de chants négatifs, bien que les deux catégories soient irrémédiablement unies. Non tous les tours de chants défectueux sont négatifs. Pour savoir quels sont les tours de chants négatifs de chaque race de canaris il faut aller à son Code de chant. Concrètement, pour le Chant espagnole (timbrado) il y a trois tour de chants qui ôtent une ponctuation : (rascada)= (roulade) stridence et nasale. Voyons brièvement chacun de d'eux :
- Rascada : Défaut qui a son origine dans la prédominance excessive de la consonne r dans le texte phonétique du tour de chant, qui produit un son dur qu'il tracasse à notre audition. Il est donné dans ces tours de chants où intervient la consonne citée, principalement dans des tours de chants de rythme continu (timbres et variations rodées) et dans ceux appelés floreos de lutte ou reñideros. Nous ne devons pas confondre celle rascada avec les tours de chants inclinés, propres de beaucoup d'exemplaires de croisements avec des canaris sauvages, dans lesquels prédomine le son de la consonne rq mais sans casser la musicalité du chant.
- Stridence : Défaut qui consiste un changement brusque, ou dans le ton, ou dans l'intensité du son pendant l'émission du chant, qui provoque la perte de la musicalité de ce dernier (rythme, harmonie et mélodie). Les montées ton et intensité, qui provoquent la stridence, peuvent être atténuées en diminuant la quantité de lumière que reçoivent les exemplaires touchés et en leur augmentant la quantité de semence du navet.
- Nasalidad : Défaut consistant la production d'un son défectueux, dont l'origine paraît apparentement être dans les orifices nasaux plus que dans la syringe. Il est généralement donné dans des tours de chants dans lesquels règne le son des voyelles (plus purs que ceux dans lesquels ils dominent les consonnes) et dans ceux dans lesquels interviens dans certaines consonnes qui, par leur sonorité spéciale, sont susceptibles de produire des sons nasaux si la diction de ces dernières n'est pas ce qui est adéquate. Des exemples de nasalisâtes produites par une prononciation déficiente, qui conduit à la dégénération du tour de chant, sont celles qui sont donnés dans les canaris Roller dans les flutes (substitution de la consonne d par la m) et dans les canaris de Chant espagnole (timbrado) dans la Campana (diction déficiente de la consonne n). Les tours de chants nasale sont pénalisés suivant leur intensité, les cas les plus graves constituent les chants naseaux, tandis ceux que tu élèves, ils ôtent une ponctuation au moment d'évaluer le tour de chant, mais n'arrivent pas à être des tours de chants négatifs, proprement ces.
Le long des lignes précédentes, nous avons vu que dans quelques cas les tours de chants défectueux sont susceptibles d'être corrigés ou, au moins être atténués, suivant leur cause d'origine. Quand ceci ne sera pas possible, ce qui est canari culture doit recourir à des mesures plus fermes.

Nous nous avons déclarées, au début du présent travail, contraires à l'utilisation d'enseignants pour instruire aux canaris de Chant espagnole (timbrado), vu la richesse génétique de notre chanteur ressortissant, et ce qui est contre-indiqué d'une telle pratique pour l'amélioration du patron inné qui régit le chant de nos canaris. Après cette pratique on dissimule, généralement, une canari culture de type conservateur et sans risque, que prétend assurer le succès dans les concours et la vente des copies. Cependant, ce qui est canari culture et non oiselier, sait que, dans quelques cas, l'utilisation d'enseignant pourra être justifiée. En effet, la pratique non-discriminée de l'éducation avec des enseignants est critiquable, mais la même pratique utilisée dans des cas concrets et justifiés peut être instructive. Sans aucun doute, la correction d'exemplaires que présentent dans leur chants des tours de chants défectueux, est une de ces hypothèses dans lesquelles pourrait paraître justifiée l'utilisation d'un tuteur, qui aurait comme fonction l'éducation des exemplaires qui par lui-même n'ont pas eu les facultés suffisantes pour effectuer leur chants sous les paramètres minimaux exigibles à une race de canaris de chant. Cependant, si nous nous penchons attentivement sur cette question, nous nous rendrons compte qu’effectuer cela n'en vaut pas la peine pour cette pratique. Cependant, nous ferons une référence à titre purement éducatif.
Le type d'éducation mentionné doit être mené à bien sous une série de conditions, qui me pensent indispensables, en même temps que difficiles à accomplir par la majorité de ce qui est canari cultures. Ces conditions sont emplacement, temps et un exemplaire qui réunit les conditions nécessaires pour la tâche de l'éducation. Des deux premiers il ne manque pas de parler du tiers nous ferons une mention concise. L'éleveur de canaris de chant doit être conscient que, s'il ne remplit pas ces trois conditions, il doit se détacher des exemplaires avec des tours de chants défectueux au moment qu'il les découvre.

Du sujet des enseignants il a été traité dans un grand nombre de travaux, peut-être dans trop, mais, dans l'avis de la majorité des amateurs, l'analyse qui a été donnée au sujet sera, quand moins, peu satisfaisante. De toutes manières, si dans quelque chose coïncident tous ceux qui ont traité cette affaire ; il est dans lesquels l'exemplaire utilisé pour cette tâche doit avoir une grande qualité et manquer de défauts dans son chant. Il doit être un canari dans lequel les qualités sonores (ton, intensité et timbre) et les qualités musicales (rythme, harmonie et mélodie) soient parfaites, avec un répertoire riche et varié (nous rappelions que qualité est meilleur que quantité et entre deux exemplaires, est celle préférable qui effectue moins de tour de chants mais de grande qualité qui sait un autre répertoire plus varié mais de qualité inférieure). Une bonne diction est fondamentale, pour éviter que les élèves assimilent erronément la leçon qu’ils effectuent les tours de chants sans la pureté nécessaire, ce qui est traduit dans des tours de chants de qualité déficiente. Dans les derniers lieux, l'enseignant sera la même famille ou de la ligne de chant que les élèves, ou, au moins, aura un chant de caractéristiques compatibles à celui de ceux-ci. Un problème qui se propose au moment d'utiliser ce système est celui de la conservation du chant des mâles adultes, puisque, normalement, au fur et à mesure qu'ils entrent en zèle et on développe la saison d'élevage, le chant diminue en qualité, parfois de manière bruyante. Sans doute, l'enseignant idéal serait un canari qu'il n'élèverait pas, ce pourquoi, en théorie, son chant est mieux conservée, supposerait cependant de cesser d'utiliser comme reproducteurs aux exemplaires d'une plus grande qualité, avec la perte conséquente qu'il tolérerait dans l'aspect de l'amélioration génétique. En ce qui concerne l'utilisation de moyens électroniques pour l'enseignement (enregistrements effectués dans tout type de support), tenons compte que bien que la qualité de l'enregistrement soit très haute, on perdra toujours une certaine importante ombre tant sonore comme musical.

Pour mener à bien l'éducation des jeunes canari timbrado, nous placerons un rideau obscur devant ces derniers, mais en gardant une distance prudente, afin de ne pas diminuer dangereusement la ventilation du lieu où ils sont situés (dans le cas de les avoir dans des cage de transport il peut suffire d'avoir la porte fermée, toujours comme je l’ai dit, que la ventilation ne souffre pas d’important dommage). Le but de plonger dans l'obscurité les canaris est d'inhiber son esprit de chanter, pour qu'ils prêtent attention ainsi plus grande à l'enseignant et assimilent correctement leur chant. Si on me permet l'expression, ce qui est prétendu est de bombarder aux exemplaires avec des défauts avec le chant de l'enseignant pour qu'ils remplacent le chant propre par celui de celui-ci.
L'enseignant peut être placé de différentes manières, entre les élèves, en face d'eux, etc., important l'est que le son arrive correctement à ces derniers et qu'il n'y ait pas d'obstacles physiques qui peuvent affaiblir la perception correcte de leurs leçons.

h) Chant excessivement pauvre et découpée.
Malheureusement il arrive généralement que quelques exemplaires développent un chant excessivement pauvre et découpée, ou par un manque de facultés, ou par des facteurs externes, comme la copie ou l'activité incorrecte de l'éleveur (par exemple, couvrir les canaris avant qu'ils ferment le chant). Nous ne devons pas confondre à ces exemplaires avec ces d'autres qui découpent leur chant quand ils seront sur le point de le fermer, ou après l'avoir fait, puisque, bien que parfois les causes coïncident, l'explication s'avère impossible à faire dans la majorité des occasions, parce qu'il y a des canaris qui sans cause apparente commencent à être enfermés dans une partie de leur répertoire, au détriment de l'autre, et il n'est déjà pas possible de rien faire pour y remédier. Nous nous référons uniquement à ces volatile qui tout au long de l'évolution de leur examen n'ont jamais montré de facultés, bien que n'ayant pas de tour de chants défectueux ou négatifs, pour effectuer un chant riche et variée.
La conduite à suivre dans ces cas pourrait être semblable à celle que nous avons fait allusion dans les lignes précédentes, en parlant de l'éducation avec des enseignants. La seule variante en ce qui concerne ce qui a été dit là est que nous ne devons pas plonger les canaris dans une obscurité absolue. Enlèvera seulement un peu de lumière avec les rideaux, pour que l'inhibition du chant ne soit pas absolue. L'objectif est que les canaris assimilent des tours de chants du tuteur, mais sans perdre le chant propre, il s'ensuit que la similitude structurelle entre le chant de l'enseignant et celui des élèves doive être la plus grande possible dans nos possibilités. Il s'agit d'enrichir, non de remplacer.

Rappelez le lecteur que l'éducation avec des enseignants est contraire au travail conséquent d'amélioration génétique de nos canaris de chant.
6. Confection des équipements : Un des moments les plus jolis et complexes, de la préparation sportive des canaris de chant est, sans aucun type de doutes, la confection des équipements. Les équipements, comme le lecteur connaît, sont des lots de quatre canaris de chant semblable, en répertoire ou registre tonal, qui sont évalués séparément en attention aux points des ponctuations de chacun des exemplaires et au degré d'harmonie existante entre leurs chants. L'habilité de faire un bon équipement dépend, dans bonne mesure, de la sensibilité musicale que nous avons, puisque, au-dessus de règles et de systèmes, nous devons nous occuper à cette audition et pas aux jugements.
Les équipements sortiront en principe de ces lots d'exemplaires que nous avons ensemble situés en les séparant dans des cages de concours. Normalement, les canaris qui forment un équipement effectuent un même répertoire, mais ne se produit pas parfois ceci. Deux sont, principalement, les motifs pour lesquels on confectionne des équipements avec des exemplaires de chant différent. Le premier de ces motifs est de ne pas posséder au moins quatre canaris qu'ils chantent également, ce qui a l'habitude je me suis produit dans les dépôts où on séparerait les exemplaires dans dite produis volière par des frères, tout les couples ne me donnent pas trois mâles. Le second motif est l'originalité des uns nous éleveurs qui, dans laboures à sa grande sensibilité musicale, cherchent dans les équipements des combinaisons mélodieuses les plus complexes qu'celles qui sont obtenues avec les équipements traditionnels, que les occasions pèchent d'un excès de monotonie. Il y a en outre des canaris que, par ses caractéristiques particulières, sa qualité individuelle, en chantant les quatre exemplaires ni n'existe pas seulement l'harmonie nécessaire mais aussi, et suite à cela, la qualité individuelle ai paru diminuer et est nui l'évaluation particulière de chacun des exemplaires. Il s'agit d'équipements dans lui. Quels les exemplaires ne combinent pas leurs mélodies harmoniquement et un son embrouillé se produit et monotone il y a Aussi des exemplaires qui ont un ou plusieurs tour de chants qu’ils soulignent au-dessus des autres, pour différents motifs, et qui quand on fera un équipement avec quatre d'entre eux paraît qu'ils répètent continuellement ces tour de chants (un exemple clair de ce qui a été dit sont les exemplaires qui effectuent le tour de chant Campana surtout en variation conjointe avec floreos de onomatopées tillons).
Il convient aussi d'avoir des exemplaires de réserve pour celui dont un de des quatre choisies tombe malade ou meurt, ceci dépendra du nombre d'exemplaires que nous avons sélectionné ». Partiales avec ceux de l'équipement en question.
Si nous devons rejeter les exemplaires défectueux, cette exigence se multiplie dans le cas des canaris destinés à former un équipement, dans lequel elle doit favoriser l'harmonie, laquelle se casse quand dans le chant d'un ou plusieurs exemplaires il y aura un tour de chant négatif ou défectueux.
Un problème intéressant est représenté par la mise en place de l’exemplaire dans l'équipement. Les exemplaires sont verticalement placés, une cage sur l'autre, étant la cage plus haute celle qui porte la première lettre ou le nombre :
Cette mise en place est celle établie pour les canaris Roller les canaris de Chant espagnole (timbrado), celle du Malinois est différente.


POSITION DES CAGES SUR LA TABLE
A 1
B 2
C 3
D 4

Il y a une infinité de théories que traitent sur la mise en place des exemplaires dans la structure mentionnée chacune d'elles, cependant, il cherche atteindre un même objectif : obtenir que le son ou l'uniforme et que la connexion entre les chants des membres de l'équipement est parfaite, en somme, l'équipement a une harmonie pleine. Je défends à nouveau que, au-dessus de toute théorie, c'est la sensibilité musicale de l'éleveur, celle qui dans chaque cas concret nous guidera. La mise en place sera empiriquement effectuée, en écoutant les canaris et en corrigeant les positions sur la marche. Cependant, dire, que la majorité de ce qui est canari cultures placent à l'exemplaire du chant plus pêchez dans la position plus faible, parce que de le placer dans une autre position nuit notamment à ses compagnons, il c’est imposés et casse l'harmonie de l'ensemble, quand il ne provoquera pas l'inhibition mélodieuse de ses compagnons.
Face à la modalité d'équipements nous avons ce qui est individuelle. Les canaris qui concurrencent dans cette catégorie sont généralement ce qui est meilleurs de chaque dépôt, cependant, un éleveur préfère utiliser ses meilleurs exemplaires dans la confection d'équipements, en considérant plus méritoire, sportivement la compétition dans cette modalité. Personnellement, et sans mépriser l'importance sportive des équipements, je considère comme la ma préférée modalité individuelle, puisqu'il suppose de placer à tous les canaris en égalité de possibilités, au moment de pouvoir obtenir le triomphe, sans devoir dépendre de la ponctuation du reste des membres du lot pour récompenser. De nos jours. Beaucoup de concours incluent dans leurs règlements un article qui permet que les canaris de ces équipements dans lesquels ils n'ont pas chanté les quatre exemplaires passent à la modalité d'individuels. C'est une norme juste qui prétend éviter que des canaris de grande qualité restent sans la récompense méritée du prix, parce que l'équipement dans lequel ils étaient inclus a manqué seulement. Dans combien de concours ne donne-t-il pas ce qui est contre-entente et restent-ils sans récompenser des exemplaires, y compris dans des équipes qu'ont-ils prononcées, qui ont une plus grande ponctuation que les autres qui ont gagné les prix individuels. Une fois que l'équipement manque, comme tel, les exemplaires qui l'intègrent ils perdent, où il ne régit pas la règle mentionnée, toute possibilité d'obtenir prix, sauf le Grand Prix, vaut la redondance, dans des concours où elle est accordé au canari d'une plus grande ponctuation du concours.
Dernièrement, on permet la participation de lots de quatre canaris individuels à la fois. Il s'avère choquant que les associations ne connaissent pas d'une telle manière la norme qui empêche aux juges de juger des lots de quatre individuels - Code de Chant espagnole (timbrado) -. Je ne veux pas entrer dans des polémiques sur la convenance ou l'inconvénient d'une telle pratique, mais bien faire remarquer le lecteur qu'on peut donner ce qui est contre-entente dont les quatre individuelles d'un éleveur chantent et que dans l'équipement que lui-même présente il prononce un certain exemplaire (comme à plus de une occasion il se produit dans les concours dans lesquels on pratique cette modalité). Le système, précédemment vu n'est pas plus juste, de passer individuels aux exemplaires qu'ont-ils chantés dans des équipes dans lesquelles a-t-il prononcé un certain exemplaire.

7. Entraînement et préparation : L'entraînement ou la préparation des canaris de chant, comme il a été déjà signalé précédemment, doit commencer quand ceux-ci ont fermé le chant, ou, au moins, sont sur le point de le faire. Il est nécessaire, avant d'entrer plus à fond dans l'affaire, que nous parlions de la pratique de couvrir les canaris avec un chiffon. La majorité de ce qui est éleveur basent ou croient qu'il est ainsi, l'entraînement dans le fait d'enlever la lumière à ses exemplaires au moyen d’un chiffon, qui est placée une distance prudente des cages de concours fixes, transport, ou à d'autres lieux où celles-là sont situées, afin de ne pas nuire à la ventilation et évités des problèmes avec les voix des canaris. Le contraste entre l'obscurité ou la semi obscurité et la lumière, quand ils seront sortis de leur situation pour être écoutés, incite à chanter les canaris. L'utilisation de chiffon, de couvrir des canaris, est une pratique, comme tout ce qui est relatif à la canari culture de chant, qui doit être effectuée avec des soins suprêmes, puisque si nous couvrons les canaris avant que ceux-ci aient fermé le chant, la seule chose que nous feront sera de les retarder plus et, même, de faire qu'ils découpent leur répertoire ou une tonalité et une intensité de chant excessivement pauvres. Une des erreurs les plus fréquentes ce qui est canari culture naissant est, précisément, de couvrir trop tôt à ses exemplaires.
Mais couvrir les canaris il n'est pas indispensable pour suivre un entraînement correct de nos canaris. En effet, en ayant les exemplaires sous les conditions environnementales que nous avons traitées, ceux-ci sont plongés déjà dans une semi obscurité ou semi pénombre suffisant pour qu'en les sortant à la lumière du lieu où nous les écoutons est suffisant pour les faire chanter. En outre, et bien que jouer avec la lumière ce soit indubitablement une méthode valable, en principe, pour faire chanter nos canaris, si nous avons suivi une observation continue de ces derniers et ils sont habitués à notre présence, il suffira de fait de les sortir pour que le simple instinct de territorialité les incite à chanter. L'évolution progressive du chant du canari, que nous défendons, fait qu'il n'est pas nécessaire de couvrir les canaris plus qu'au cas où ils terminent leur évolution à des dates trop précoces à celles du concours et pour éviter que l’oiseaux ne soit pas en stress. Le rideau doit être utilisée comme un instrument au moment de conserver le chant fait des canaris qui d'une autre manière courent des risques sérieux de ne pas arriver en plénitude de facultés aux concours, suite à l'évolution descendante en qualité qui entraîne la baisse du cycle du chant.
Jusqu'à ce qu'arrive le moment où les exemplaires sont dans des conditions de commencer à être formés nous nous limiterons à l’asseoir il fait face du lieu où nous les avons et les écouter au fur et à mesure qu'ils chantent, nous ne devons pas écouter tous mais se centrer sur un ou plusieurs exemplaires pour éviter de retourner et de devenir fous et pouvoir effectuer une observation satisfaisante. S'il est possible, cette opération nous la ferons, de temps à autre, en compagnie d'une autre ou d'autres personnes, pour que les canaris s'habituent pleinement à la présence humaine et prennent la confiance suffisante.
Une fois que nous croyons qu'est arrivé le moment d'entamer la préparation, nous commencerons à sortir les canaris par des lots, par individuels ou par équipements. Nous devrons utiliser pour cela une chambre silencieuse et avec une bonne acoustique (rappelons nous de l'enseignant des enseignants, Antonio Drove Aza, quand il écrivait sur l'impotence du séjour dans lequel on l'écouterait les canaris et beaucoup ce qui pouvait influencer l'audition et l'impression causée par ces derniers, puisque la qualité des exemplaires pouvait être exagérée ou être diminuée suivant les conditions acoustiques de la chambre. Celui-ci est le fondement de l'importance capitale qui est donnée dans les concours à la chambre destinée à la mise en jugement. Nous utiliserons préférablement lumière électrique, celle utilisée dans les concours, puisque la lumière solaire, dans quelques cas, excite trop aux canaris et n'effectuent pas son chant avec la sérénité désirable pour apprécier la qualité de ce dernier. Les cages de concours seront placées dans une table, une sur l’autre, et sur la plus haute nous placerons un panneau ou carton, pour favoriser la concentration dans le chant du canari qui en elle se trouve, ce détail, apparentement sans impotence, est fondamental pour l'audition correcte des canaris. Les premières fois que nous sortons nos canaris, ceux-ci seront montrés, généralement, méfiants par la nouvelle situation, ils commenceront à sauter nerveux d'un bois à un autre et on appellera une a l’autres. Dépassé ce désaccord initial commenceront à développer son répertoire mélodieux. Nous ne devons pas nous préoccupé s'ils ne chantent pas les premières fois que nous les sortons, dans une certaine manière il est normal, il y a des canaris qui ont besoin de davantage de temps que d'autres pour casser chanter dans notre présence. Tous les jours nous sortirons à la table nos canaris pendant quinze ou vingt minutes, le temps dépendra de chaque cas concret (voir les canaris chantant pendant trop de temps, ou les sortir trop de fois par jour on accélèrera l'état de zèle). Un signe qui nous permet d'apprécier, dans beaucoup de cas, si les canaris vont chanter quand nous les sortirons, c’est l'attitude qu'ils adoptent, si sont tranquilles les possibilités qu'il chantent beaucoup, si au contraire ils sautent d'un bois à l’autre nerveux et excités, en piaillant et en déplaçant les ailes, ils ne chanteront pas et s'ils le font ils le feront de manière précipitée et entrecoupée.
Sur quel moment du jour est le plus adéquat pour sortir les canaris à chanter, celui-ci il dépendra du temps que nous avons et de quand nous l'aurons. L'idéal est de les sortir entre les neuf heures du matin et huit heures du soir horaire dans lesquelles on développe la mise en jugement dans les concours. Nous ne devons pas sortir les canaris tous les jours la même heure, de fait nous devons les avoir habitués à chanter à toute heure et dans tout lieu. Sont peu les concours, bien que quelqu'un aient, dans lesquels on permet à l'éleveur de choisir l'heure où ses canaris doivent passer par la table de mise en jugement.
Si nous suivons ce qui est indiqué dans les paragraphes précédents, ou autre méthode valable, sauf impondérables, nos canaris chanteront quand arrivera le moment crucial de passer par la table de mise en jugement.

 
 

Texte, traduction et correction par Deleria Roman

 

préparation des canaris pour les concours




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement